Cellule d’accompagnement

Service payant

Durée : Service adapté et modulable dans le temps

Comment bien s’entourer et fidéliser des ressources autour de sa compagnie  et de ses projets de création ? La Machinerie innove et propose un soutien « sur-mesure » qui regroupe les expertises de son équipe et des travailleurs culturels spécialisés. L’objectif ? Accélérer le développement des organisations artistiques établies ou en essor en mobilisant une cellule de gestionnaires qui comblent directement les besoins des artistes. Le grand rêve ? Permettre à l’artiste d’atteindre son plein potentiel créatif et organisationnel en agissant à titre de codirection générale déléguée.

Les Cellules d’accompagnement varient selon les réalités uniques de chaque créateur et prennent des formes multiples : de grands chantiers de réflexions, la gestion administrative quotidienne, la réalisation plus spécifique d’un projet ou encore la structuration et la consolidation des organismes. Les services offerts sont détaillés dans un plan d’accompagnement, qu’il s’agisse de consultations stratégiques, d’actions liées au développement et/ou de tâches très pratiques et concrètes.

Les cinq compagnies qui bénéficient du programme sont : 14 lieux (Martin Messier), Cœur battant (Catherine Vidal), l’Homme allumette (Philippe Cyr), Productions Onishka (Émilie Monnet) et le théâtre de l’Opsis (Luce Pelletier).


Comment ça fonctionne ?

La cellule d’accompagnement est offerte à des créateurs qui en ressentent le besoin, car même s’ils présentent un fort potentiel de développement, ils ne disposent pas de toutes les assises pour exploiter ou consolider ce potentiel. Ces artistes peuvent alors compter sur le soutien de la Machinerie pour gérer leur croissance, structurer leur OBNL ou tout simplement faire rouler la machine.

Une première rencontre entre l’artiste et l’équipe de la Machinerie permet de définir un plan de travail, pour évaluer les heures requises et donner lieu à une entente de services. Quatre thèmes sont identifiés afin d’ouvrir le dialogue avec le créateur et cibler ses besoins :

  • Planifier ses activités sur le long terme ;

  • Se déployer et faire rayonner ses œuvres ;

  • Structurer et administrer son OBNL ;

  • Diversifier ses sources de revenus.

La Machinerie mobilise ensuite les ressources nécessaires à l’atteinte des objectifs, en confiant des mandats à 2 à 6 travailleurs culturels spécialisés et en déléguant certaines actions à des membres de son équipe. Enfin, une entente de service qui comprend des banques de temps est signée avec l’artiste qui paie la Machinerie en plusieurs versements. Les ressources signent un contrat avec la Machinerie qui prend en charge directement leurs facturations, pour alléger les suivis administratifs des artistes.

Étant donné l’investissement que ce type d’accompagnement représente, la Machinerie étudie méticuleusement toute demande d’accès à ce programme et ne peut garantir l’intégration de nouveaux artistes.


Crédit photo: Julie Artacho (Portrait de Philippe Cyr), M.-C. Hamel (Portrait de Catherine Vidal)